Dceased : unkillables (2020)

Urban Comics | Dc comics
Note
5,5/10
5,5

Comics Info

  • Date de sortie : 10 Juil, 2020
  • Langue : Français
  • Scénario : Taylor Tom
  • Illustrations : Collectif
  • Type : Broché
  • Pages : 136

Résumé

Un virus issu de l’équation Anti-Vie, l’arme fatale de Darkseid, a contaminé l’humanité, la plongeant dans une folie cannibale. Les héros se retrouvent décontenancés et peinent à se réunir pour contrer cette épidémie. De leur côté, les super-criminels sont également dépassés et le jeu de la survie du plus fort commence au sein de cette communauté où tous les coups sont permis !

 

Après avoir lu le nouvel arc narratif de Dc Comics intullé Dceased chez Urban Comics, je me suis forcément lancé dans Dceased : unkillables qui, pour moi, devait être une suite directe.  Il n’en est rien ! Dceased : unkillable se déroule durant les mêmes évènements, et fait face aux mêmes conséquences de l’équation d’anti-vie mais du points de vue des “bad guys”. D’ailleurs, comme le récit tend à faire des références et des croisements avec le récit principal Dceased, il est préférable de l’avoir lu (retrouvez notre review ici).

 

Durant ces 136 pages (petit album rassemblant les numéros VO 1 à 3 de Dceased : Unkillables), nous suivons donc les super-vilains comme Red Hood, Deathstroke, Solomon Grundy, Vandal Savage, Cheetah ainsi que Batgirl et le commissaire Gordon. Grâce à leurs pouvoirs de guérison ou d’immortalité, ces ennemis publics sont maintenant parmi les seuls à pouvoir survivre à cette crise. Ils decident de se rassembler et de tenter d’apporter de l’aide aux quelques humains survivants. L’idée aurait pu être sympathique mais après les évènements bouleversant de Dceased, j’ai trouvé que ce récit était un peu trop porté sur l’humour même si, et heureusement, on reste sur des planches extrêmement violentes avec là encore de nombreux décès. De plus, on ne va pas se mentir, on a tendance à plus s’attacher et s’intéresser à Wonder Woman qu’a Cheetah, tout comme on préfère suivre Batman que DeathStroke. Franchement, fallait-il vraiment s’aventurer dans le “On est des méchants mais là, on est finalement gentils” ? Néanmoins, c’est un tome à lire car il s’inscrit dans l’univers apocalyptique lancé par Dc comics avec Dceased. On en apprend un peu plus sur l’évolution de la Terre ainsi que des super-héros “contaminés”.

 

Après, je dois avouer que le choix du dessinateur pour Dceased : unkillables n’a pas aidé. Peut-être que si, comme dans Dceased, nous avions eu le droit à Trevor Hairsine, la note aurait été différente. Mais là, j’ai vraiment du mal avec Karl Mostert. Un style graphique qui dès le départ ne me plaisait pas, mais qui en plus est assez inégale d’une page à l’autre avec parfois des visages, des proportions et des découpes vraiment pas glorieuses ! Ne comparons pas forcément les deux styles mais je n’ai pas retrouvé dans Dceased : unkillables, la puissance et le dynamisme de Dceased.

 

Bref, vous l’aurez compris, je n’ai pas retrouvé dans ce Dceased : unkillables le plaisir de lecture que j’avais pu avoir dans l’arc principale Dceased. C’est bien dommage car ce récit apporte quand même son lot d’informations sur les évènements qui ont frappé la Terre…

 

 

Reviews ( 0 )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commander le comics

Commander :

Dceased : unkillables

Show times

Découvrez d’autres comics

x